L’architecture du choix, pour une communication raisonnée

Avant les villes et agglomérations, pour sensibiliser le citoyen, pensaient campagne de communication, visuels et jolis prospectus… Mais ça c’était avant !

Une campagne de communication ne doit pas simplement plaire aux politiques de la ville ou du territoire mais elle doit avant tout répondre à des problématiques sociologiques et avoir un impact mesurable sur le long terme. De plus en plus d’agence de communication ont oublié l’aspect sociologique pour ne se différencier que sur l’aspect graphique… erreur !

Le marketing et je parle ici bien de marketing, pas de communication doit pouvoir être mesurable afin de savoir si les objectifs attendus ont été atteint. C’est pourquoi les notions de « Nudge » et d’architecture du choix émergent doucement dans les villes… et bientôt en France (nous l’espérons).

Nudge

Les « nudges » ?! vous avez certainement déjà entendu parler de ces notions marketing qui permettent à l’utilisateur, citoyen, de prendre la bonne décision sans pour autant toucher à son libre arbitre. Comment est-ce possible ?! Grâce à l’architecture du choix.

L’architecture du choix

Nous disposons de deux cerveaux le réflectif qui nous permet de réfléchir avant de réaliser une action et l’automatique qui nous permet de réaliser des tâches quotidiennes, voir des habitudes aussi bien bonnes que mauvaises.

C’est ici que l’architecture du choix prend tout son sens. Dans le marketing, l’architecte du choix va mettre en place des solutions pour que votre cerveau réflectif prenne automatiquement la bonne décision grâce à la manière douce.

L’exemple le plus connu est celui des mouches des urinoires de l’aéroport d’Amsterdam. Les hommes visent forcément la mouche dessinée au fond de l’urinoire ainsi l’aéroport à réduit de 80% les éclaboussures et a amélioré l’hygiène de ses toilettes. Simple ? Peut-être mais encore fallait-il y penser !

Jouer sur l’inconscient sans pour autant manipuler le libre arbitre reste des actions très complexes à mettre en place. Aujourd’hui on s’aperçoit que des territoires mettent en place des campagnes de communication paternaliste, donneur de leçon qui n’engagent en rien le citoyen dans la bonne décision à prendre pour lui et la communauté. Grâce à des modes de pensée différents de nombreuses villes dans le monde ont résolu des problématiques de déchets, d’économie d’énergie et d’incidents.

La ville de Chicago a réduit les accidents de la route dans un virage dangereux en créant des marquages au sol qui donnent l’illusion d’accélérer ce qui incite automatiquement l’automobiliste à ralentir. Pour réaliser et penser ces « nudges » il faut sortir du schéma traditionnel pour expérimenter à moindre coups des solutions et avoir un peu d’audace.

Nos politiques publiques prendront bientôt le pas vers ces nouvelles solutions et ils auront besoin de ce nouveau métier : les architectes du choix.

Pour une communication raisonnée !